Projets

L’AUVERGNE SCANDINAVE

Découverte de la Taïga du Livradois

Au départ photographe presque exclusif des reptiles et des amphibiens, c’est en 2016, lors d’un séjour en Laponie, au-delà du cercle polaire, que mon travail photographique a pris un tournant. Je suis rentré en France ému par les lumières, la faune et les forêts scandinaves que je garde en souvenir et qui sont propres à ce territoire de l’Europe.

Habitant du territoire Livradois-Forez, c’est tout naturellement que j’ai souhaité me renseigner sur les actions naturalistes du secteur. Parmi elles, le suivi des petites Chouettes de montagne m’a nettement marqué. Au gré des échanges et des rencontres avec les acteurs de ce suivi, sous la coordination du Parc Naturel Régional Livradois-Forez, j’ai acquis les connaissances qui m’ont permis d’être autonome sur le suivi de la Chevêchette d’Europe et la Chouette de Tengmalm. Comble du bonheur, il s’agit de deux espèces typiques des forêts boréales, par ailleurs très présentes en Laponie. Désormais, j’arpente les forêts du Haut-Livradois à leur recherche. L’objectif est d’aider le Parc à accumuler des connaissances sur ces deux petites chouettes assez méconnues. Durant ces quêtes, j’ai rencontré de nombreuses espèces d’oiseaux forestiers ainsi que des ambiances qui m’ont rappelé à s’y méprendre, la Laponie. Seul, avec pour unique compagnie les murmures de la vie sauvage, c’est avec beaucoup d’émotion que j’ai réalisé les premières images d’un projet photographique qui ne fait que démarrer.

Ce projet illustre une partie de ce que j’appelle « la Taïga auvergnate », vaste ensemble de forêts mâtures et de tourbières, témoins de l’époque glaciaire que l’on retrouve abondamment en Laponie, mais qui sont rares en Auvergne. Depuis les sommets montagneux, les images vous plongeront dans la magie des forêts anciennes du Livradois, à la découverte de certains de ces habitants. Progressivement, les images vous inviteront à prendre de la hauteur et à contempler la lumière unique d’une fin de journée sur le Haut-Livradois, ambiance digne d’un soleil de minuit au-delà du cercle polaire.

mathieu-ausanneau-chevêchette-d-europe-01

L’ŒIL ET L’ÉCAILLE


Projet photographique à caractère artistique, culturel et pédagogique, « L’œil et l’écaille » a pour ambition de témoigner de la beauté des reptiles à travers les milieux naturels dans le monde. Espèces souvent repoussées par les populations, évoquant ainsi la peur, vous trouverez dans ce projet toute la proximité choisie avec la biodiversité et le lien étroit qui règne entre l’espèce et son univers… Mais aussi toute la douceur diffusée.

Pour la réalisation de ce projet, une aide était indispensable. Un financement participatif a donc été lancé au printemps 2019 avec pour objectif de récolter suffisamment de dons permettant  :

  • Le tirage de 20 photographies d’art au format 40 x 60 cm imprimées sur support professionnel,
  • L’encadrement au format 50 x 70 cm et l’habillage des tirages.

« L’œil et l’écaille » c’est avant tout 43 personnes qui, en contribuant, sont devenues actrices du projet parce qu’elles se sont senties concernées par cette cause en faveur d’une perception plus juste des reptiles.

Merci infiniment à toutes et tous !

881A3899

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :